Blog

Les papillons ne voient pas les couleurs, et pourtant ! ...

Ces êtres vivants parmi les plus photogéniques ne sont pas les mieux chaussés en lunettes.

En effet ils ne perçoivent pas les couleurs, et se repèrent entre eux par les phéromones (source l'Ecologiste).

Il est vrai que leur trompe est plus développée que leurs yeux, néanmoins profonds.

Sont-ils tout de même sensibles envers les formes ou les contrastes ?

Comme nous le verrons, leurs couleurs servent à la fois à se camoufler ou à éloigner des prédateurs.

Je ne retrouve plus la photo de ce papillon dont les ailes laissaient apparaître à un endroit une abeille avec des rayures et deux yeux noirs (au lieu d'un habituellement).

 Le message : attention aux piqûres ?!

Pour le reste, voici une série de photos (pas de diaporama possible sur YouTube, fonction supprimée depuis le 20 septembre je crois). 

Papillon azure sur trefle

 

Papillon azure couple

 

Papillons azures enlaces

Papillon boeuf cro magnon

Papillon moyen nacre

 

Papillon citron ressemblant a jeune feuille de lierre

Papillon dit tigré, ou plus précisément sans doute "flambé" - et de fait il ne se plaira pas dans la froide et brumeuse Europe du Nord ( :

Papillon machaon

Chenille/chrysalide de flambé : verte quand les feuilles sont vertes,

Papillon deux chenilles de flambe

brunes en hiver !  

Un modèle d'adaptation !

 

Voir le milieu de cette page :

http://viagallica.com/a/flambe.htm

Ou ceci, ou le photographe a cherché un prunellier , plante hôte du flambé , pour prendre en photo la chenille :

http://cephalantera.eklablog.com/chenille-du-flambe-a88523055

Ici, l'évolution de la chenille :

https://www.visoflora.com/photos-nature/photo-papillon-flambe-et-sa-chenille.html

http://www.insectes-net.fr/flambe/flambe2.htm

 

 

V comme victoire via la verdure

Le rat des champs a vu les rats des villes voter dans les urnes sans leurs burnes.

Ils auraient mieux fait de planter des plantes sans se planter ...

Résultat : les vilains voyous vandals mèneront les "veauxriens" sans vécu vers l'abattement d'une vie aigrie de villes grises.

La verdure redonnera-t-elle alors à certains le sens d'une vie plus vivable ?

 

Illustration par quelques photos en V à la fois vivantes évocatrices.

 

Sur ce mangez des fraises en forme de V. Ou des kiwis avec la peau pour doubler ou "double v "sa durée de vvie !

 

(Mon nouvel appareil faisant des photos à chaque fois trop larges pour être téléchargées sur ce site, acceptant au maximum 4000 pixels de large et 8 Mo, il a fallu "redimensionner" chaque photo avec une valeur horizontale ou verticale de 3999 dans PaintShop)

- V comme marque verte durable sur feuilles de laurier jaunes

V comme marque verte sur feuille jaune

V comme marque verte

Le jaune devient marron mais le vert lui subsiste pendant plus de deux mois (idem : le syndicaliste  jaune devient marron , cf. Parisot et Macron le marron ?)

V feuille laurier vert sur marron

- V comme vitalité

V comme vitalite

- V comme vol à travers une vie verte (saut au-dessus d'un arbre en forme de V)

V comme vol a travers une vie verte

- V comme fontaine de vie

V comme fontaine de vie

- V comme vie a deux voguant entre vagues et vent

V comme vie a deux voguant entre vagues et vent

- V d'arbre avec moustaches moussues en V facon Jose Bove

V d arbre avec moustaches en v facon jose bove

- Enorme V de visiteur envahissant (cf. la série de SF) de la part d'une vigne de lierre, au détriment de vilains vauriens des villes videurs de lieux de vie et de mémoire publique ...

V de vigne de lierre contre les vilains vauriens des villes videurs de lieux de vie et de memoire publique

- V de vert vétisssant un v. de Vénus 

V du vagin de venus

 

- V comme vie en pantalon vert. Danse ta vie en V !

V habillee en pantalon vert

- V par un chat allonge avec ses pattes avant

V par un chat allonge

- V vert en deco sur figuier

V vert en deco sur figuier

- V avec paillage d'orties et de tulipes

V avec paillage d orties de tulipes

- V avec paillage d orties et de consoude

V avec paillage d orties et de consoude

- V comme berges de ruisseau aux jambes de verseau (regarder à l'envers)

V comme berges du vaularon

- V avec coin de nature ayant du coeur (mais que sont ces gerbes avec des graines en forme de coeur - s'il y a des végans amateurs de graines en forme de V?)

V comme coin vert ayant du coeur

- V comme arbre et pissenlit s'entrouvant comme des fleurs

V comme arbre et pissenlit formant des v

- Où l'on espère quele règne des pseudos intellos illuminés soit éphémère.

Renversons les pouvoirs en place et leurs triangles .:. 

La valeur vraie et vaillante d'une verdure tenace finira par triompher.

Gloire et victoire à Dame Nature, qui nous regarde aussi : 

Racine qui sentrouvre

Img 20160910 091129

 

 

 

 

Quelques conseils pour les vergers (partagés) chez vous ou dans votre commune

Vous voulez recréer des haies fruitières, un verger, un jardin-forêt (lire Whitefield) voire des mini-forêts d'émeraude ?!


Voici quelques conseils d'entretien d'Evelyne Leterme, (La biodiversité amie du verger, Editions du Rouegue, 2014) 

Couche épaisse de BRF sur sol un peu humide, pièges en carton entourant les arbres en juillet à retirer avant l'hiver, enlever quelques fruits sur les grappes trop productives (l'arbre ne sera pas en repos l'année d'après), décompactage si besoin du sol un peu autour de l'arbre etc.

 Conseils de base au verger

Juste après la plantation on protège en milieu ouvert contre certains mammifères ou rongeurs 

Proteger immdiatement les arbres

Pailler avec du BRF est le must : cela étouffe l'herbe (une vraie éponge à eau), cela protège du gel, et cela accroît par 5 la biomasse microbienne par forte chaleur.

Leterme brf de la largeur des arbres

On peut trouver de la sciure de bois ou du broyat après le passage d'élagueurs ici ou là. Le BRF sera issu de rameaux à la bonne taille si vous faites élaguer chez vous. 

Pailler et mettre du BRF "sous la couronne" ou "à l'aplomb de la courronne" des arbres cela veut dire selon un  diamètre aussi large que les branches au-dessus. "Un paillage n'est efficace que s'il est largement étendu autour du pied, au minimum un mètre carré par plant, seul moyen pour que l'effet d'amélioration physique, bactériologique et chimique du sol se produise. Il doit être appliqué en couche épaisse pour la paille, le BRF ou toute autre matière organique, et bien hermétique pour un film plastique. Attention à ne pas pailler un sol trop humide (le ressuyage sera plus long) et jamais un sol sec (le paillage organique va continuer à déshydrater la terre)". Bref on arrose un peu avant, quoi !

Et on entoure l'arbre d'une sorte d'auréole :

Img 20170208 165101
Pour la largeur du paillage voir aussi cette photo de fruitiers à Montesquieu dans le Lot-et-Garonne :

Montesquieu lot et garonne
"Lorsque le sol fonctionne correctement, et que les végétaux sont correctement mycorhizés, le renouvellement des paillages, en particulier le BRF, suffit à assurer les apports en phosphore et calcium et le taux de micro-organismes celui de l'azote".

Le phosphore est en effet rendu à la terre par les feuilles des arbres.

Le BRF enrichirait aussi en fer.
Et les bactéries sont en effet la première source d'azote dans le sol (selon Philippe Desbrosses, Nous redeviendrons paysans).

Contre les maladies cryptogamiques (certains champignons) on paillera certes, car les mycorhizes nées en dessous, ces champignons du sous-sol, renforceront les arbres, mais on pourra aussi planter de la moutarde (antifongique naturel), arroser de purin, asperger de décoction diluée de prêle (dès février pour les pêchers etc.). La prêle riche en silice renforce et protège l'arbre. A signaler : l'ortie est aussi riche en silice (sur ses piquants).

Evelyne Leterme c'est cette chercheuse persévérante qui a recensé, conservé et diffusé des tas d'arbres, d'arbustes et d'arbrisseaux  comme directrice du conservatoire végétal de Bordeaux. Ah le Sud-Ouest, ce pays si coloré, si clément et assez peu traversé par le vent. Cette femme résolue et entreprenante avait commencé ses expériences dans la lignée de maintes traditions il y a une trentaine d'années, "contre l'avis de l'INRA" a-t-on pu entendre. Depuis, ses travaux sont reconnus par quelques pontes. La revue l'Ecologiste avait publié une courte notule très élogieuse.

Elle intervient régulièrement sur la chaine agroforesterie. Ici quelques associations de plantes :

Evelyne Leterme au colloque "L'agro écologie appliquée aux Fruits & Légumes" - YouTube

Evelyne Leterme au colloque "L'agro écologie appliquée aux Fruits & Légumes" (janvier 2017)

Ses conseils sont de planter les arbres en hauteur (ils plongeront d'eux-mêmes leurs racines dans un sol plus aéré), avec un piquet-tuteur, et d'associer arbres fruitiers et arbustes à proximité, en ligne par exemple sur des haies surélevées entourées de matière organique. Les arbustes (arbousiers, noisetiers, qui nourissent les syrphes etc.) auront pour effet d'attirer des myriades d'auxiliaires comme des coccinelles, mangeuses de pucerons, mais aussi médecin, car l'une est spécilisée contre le mildiou, l'autre contre la cloque du pêcher, l'autre contre l'oïdium (balaise!). Scotchant !

Ce serait "obligatoire" d'avoir du noisetier dans un verger selon cette spécialiste​. Les fleurs pendantes et décoratives du noisetier (et celles rouges de l'aulne dont les feuilles forment un merveilleux engrais vert forestier ?!) nourrissent les syrphes (et certains bourdons qui sait?).

De plus, "les punaises  [qui mangent les pucerons note personnelle !] et les coléoptères [et les coccinelles] sont particulièrement favorisés par la nourriture précoce apportée par le pollen de floraison des noisetiers puis des autres essences plus tardives. La nourriture précoce est extrêmement importante pour la reproduction (entre autres, acquisition de la maturité ovarienne pour les punaises prédatrices) (Simon et al, 2009)". Les punaises sont polyphages : elles mangent pucerons, psylles, cochenille, oeufs de papillon.

Par ailleurs, les sureaux nourrissent les oiseaux (lesquels mangent aussi les limaces, sinon, comme le préconise terrevivante.org, on peut répandre du purin de limace, faire un lâcher de poule en automne, mettre du ferramol sous les tuiles ou sous des bouteilles en plastique coupées dans la longeur) !​

Conseil à propos des noisetiers : pour ne pas avoir de noisettes percées par le rostre du balanin, laisser les feuilles et le paillage autour de l'arbre, ainsi les larves du baladin remonteront ou seront plus aisée à dénichér par les oiseaux. 

Aperçu d'un des livres de Mme Leterme :

 

Leterme preparation sol horizontalLeterme phacelieLeterme haies paillees

Pour ce qui est de la permaculture au verger :

Leterme vergers permaculture

 

Reste à attirer les auxiliaires.

Nichoirs refuges chauve souris

A l'écouter en vidéo, pas besoin de tondre, on passe un rouleau sur la prairie entre les arbres et cela aurait plusieurs avantages. 

Autre astuce de verger naturel :

On peut faire tremper des écorces de saule. Il se formera à la surface de l'eau un gel de bouturage (ce qui se faisait avant l'arrivée des hormones de bouturage de synthèse : L’eau de Saule : Hormone de bouturage naturelle !).

Mais revenons encore au livre de Leterme. On y apprend que :

- contre le carpocapse (normalement piégé dans les cartons entourant l'arbre, qu'on enlève et élimine je crois avant l'hiver), il existe deux auxiliaires qui font l'objet d'un élevage : le Steinernema feltiae et S. carpocapsae (http://boutique.crisop.fr/steinernema-feltiae. http://www.koppert.fr/ravageurs/chenilles-papillonslepidopteres/produits-contre-les-chenilles/detail/capsanem-4/  

On mélange à de l'eau et on pulvérise. Il existe aussi un virus, le virus de la granulose du carpocapse.

-  la pomme du Kazakhstan Malus sieversii, résiste à la tavelure, et est cultivée avec aux pieds des tulipes botaniques. Voir ici : http://www.cren-aquitaine.fr/patrimoine/fiches/VILLEBRAMAR.pdf. (La raison de cette association : lutte contre la sécheresse ? Attirer des oiseaux ? En tout cas, au Kazakhstan, la sécheresse peut durer d'avril à septembre comme en 2012 avec 50°C l'été. L'hiver - 50°C. Peut-être que les forêts de pommiers protègent eux-mêmes les tulipes du vent glacial ? Mme Leterme estime qu'il serait intéressant de faire des croisements de pommier avec la sieversii qui résiste à la tavelure, mais loin des zones de pollinisation des espèces d'origine, à préserver.

 

C'était le quart d'heure solutions débrouillardes et vivantes pour un monde durable et naturel.​

 

Les arbres génétiquement tordus, David Vincent les a vus, ils sont plus longs que les autres du fût...

Bientôt des arbres sans pollen et sans fruits (vraiment ? écouter à la minute 23) 

Quand on sait qu'en temps naturel, en zones tropicales/équatoriales, ils ensemencent les nuages en faisant s'envoler des molécules faisant pleuvoir (lire Francis Hallé)... Et quand on sait que dans nos contrées tempérées, ils attirent via des molécules des animaux disperseurs de graines...

Et bien, cela sent, en effet, à terme, comme il est dit dans le documentaire, le "désert vert"  - ou le désert tout court  ...

Autres espèces :  des arbres avec des fruits OGM, comme le reste, et donc des forêts artificellement conçues quasi de A à Z (comme zinzin), par conséquent bientôt mutantes, car on est loin - encore - de maîtriser les technologies OGM. Loin s'en faut, faut le faire... j'ai dit et il faut l'entendre !

Les anciens arbres doivent tomber, les forêts vierges riches d'aloe vera, d'orchidées, etc. s'appauvrir, "l'arbre doit tomber" comme le chante Cabrel, l'homme nerveux pétant un câble si on le contredit, tant aveuglé par son salaire ou ses actions "doit mesurer sa force" productiviste...

Forets synthetiques

Ainsi donc ces arbres sont plantés plus tôt après épandage et résistent aux épandages (Monsanto se faisant plus discret en ne défoliant plus...)

Les forêts vierges n'auront donc plus droit aux seules douces brumes caressantes...

Dommage pour les châtaignes : elles sont si bonnes au four, et préviendraient du diabète...

Dommage pour l'eucalyptus. Les tisanes sentent tellement bon, et l'huile essentielle (bio pour combien de temps?) nous avait stoppé tellement de rhumes le matin, en assaisonnement sous le drap, après une soirée ou une nuit fraîche...

Comme avec les plantes basses OGM, l'emploi d'herbicides nuira à la longue à nos bactéries et à notre système immunitaire. Manger des yaourts au bifidus ou des topinambours riches en fructanes suffira-t-il à nous sauver ?

Prévision aléatoire : invasion de SIDA à venir (comme aux USA, pays de shootés au DDT et aux drogues - voir George Michael et les homos prenant des poppers -  et au fric ?)...

Espérons qu'ils ne mettront pas d'insecticides à même la sève des arbres.

Triste période annoncée pour tous ces animaux qui pouvaient être nourris par l'agroforesterie... ?

Ainsi que pour les amateurs de bourgeons de saules (fondant sur la langue), les mangeurs de feuilles de hêtre et de grappes d'acacias en fleur (bien mieux que du pop corn ... surtout du pop corn OGM ! ...Oh My Goodness !) ?

 

Qu'est-ce qui pourra sauver la nature contre l'empire des défoncés au fric qui la déglingue ?

La démocratie la vraie, l'inaccessible diamant, nettoyé de sa gangue de gangs ravageant la nature sans gants !?

Auxiliaires vs pesticides

Vous voulez échapper au maïs Smart Stack comprenant 6 insecticides et prêt à recevoir deux herbicides ? Maïs OGM subventionné  et empoisonnant sous forme de sirop des enfants par ailleurs rendus obèses ?

Pensez plutôt aux auxiliaires.

Selon Arthropologia, contre les ravageurs il y a :

- les aphidius (femelles micro-guêpes) (elle peuvent rester d'une année à une autre dans les haies, pas besoin de les épandres ou de les commander chaque année) , qui parasitent les pucerons

- les nématodes

- la chrysope (dite demoiselle aux yeux d'or - j'en ai même vu une rose sur un balcon, blottie dans un compartiment à piles, mise sur une plante pleine de pucerons elle a préféré se réchauffer un moment sur le mur) : la larve de cet élégant insecte est polyvalente contre les pucerons, les acariens les araignées rouges, les cochenilles et certaines chenilles. Elles aiment la paille abritée.

Chrysope 2

Et pour la pollinisation

- Les bourdons, actifs par temps frais et couvert, tôt le matin, tard le soir. L'effet de vibration de leurs ailes favorise la pollinisation (effet hélicoptère au ras du sol en effet). Sur une boîte en bois, mettez un trou et une piste d'envol. Ils aiment aussi les pots enterrés dans le sol à l'envers, plein de paille, avec un mini toit au-dessus du trou du pot.

Source : Les 4 saisons du jardin bio, naturellement 

Combien de chats ? Combien de coeurs ?

Img 20170114 113207

Le jour tombe les coeurs se bombent :

Img 20170111 183738

2 chats ou plus ?

Chats sur camion

2 chats ou plus ?

Deux chats formes cachees

Combien de coeurs entre ces chats ? (Love is in the air, l'amour flotte dans les airs : sous forme de phéromones ou bien de molécules attirantes venues des arbres, bonnes pour la santé, ou autres molécules faites pour attirer les animaux disperseurs de graines ?! - lire je crois Francis Hallé). 

Chats coeurs entre chats

Chat rose suivant un chat noir et blanc. Longtemps, loin, mais hésitant... 

Img 20170217 143237

Bon, les chats peuvent attraper des rouge-gorges, et sont plus persos que les bourdons ou les mesanges, lesquels sont souvent par deux.

En revanche, les fiers étourneaux, qui parfois semblent immobilisés par un paysage qui les touche, ont un sens incomparable de la solidarité et cela se reflète sur leur plumage:Img 20161224 123635

Ce lierre fait un hug en forme de coeur au plus vieil arbre de Paris :

Img 20170208 165028

Faire des ruches tronc

Un de vos arbres doit être abattu ?

Il est creux ?

Transformez-le en ruche tronc ou "ruches de biodiversité" (instructions partielles dans le livre de Bernard Bertrand : Les ruches de biodiversité)

Rucher tronc sur trois niveaux

En bois de châtaignier, cela peut tenir 200 ans... Il est vrai que le châtaignier peut faire de beaux piquets, ou des supports à véranda de bricoleur (entourées de tuyaux). Aussi solide que le robinier ? La nature a de ces ressources... 

D'abord on tranche un toit en bois. Toutefois, cela étant long, on préférera une grande dalle. Cette pierre plate posée au-dessus restituera pendant la nuit la chaleur emmagasinée durant la journée dans la ruche.  Voir sur ces deux arbres coupés :

Img 20170217 143348

Ensuite, il convient de "creuser" à même l'arbre, avant de couper en tranches d'un étage (version bourdons, guêpes) ou deux étages (version abeilles), et de faire des trous/encoches sous le toit et davantage en dessous sur le reste d'arbre pour l'aération.

Si vous coupez sur une tranche au sol, normalement,  ça casse.

Img 20170119 164144

Entre deux étages, on placera deux croisillons. Là-dessus les abeilles vont construire leurs alvéoles.

Img 20170119 163941

Des élagueurs auront le physique suffisant. Pour vous qui débuteriez, cela prendra une heure avec une épaule assez douloureuse pour effectuer cet hôtel à quatre chambres :

Img 20170124 153336

Img 20170124 153405

Alignements d'hôtels :

Img 20170124 154030

Img 20170124 154554

La tour avec piste d'atterrissage visible de loin par les bourdons : 

Img 20170124 153735

Autre piste d'atterrissage, calée entre deux troncs et plantée sur un bâton :

Img 20170217 143419

Version moins fatigante : en cassant l'intérieur d'une vieille souche avec un tournevis.

Img 20170109 144535

Conseil d'élagueur apiculteur : ne pas mettre d'abri à papillons (encoches creusées verticalement sur un tronc) à côté de l'abri à abeilles/bourdons.

Avec trois longues bûches restantes, on peut structurer un hotel à scarabée.

Entre elles, on rassemble toutes mini branches restant après l'élagage.

Couvrir le tout de planches ou d'une bâche puis de branches décoratives.

 

Les guêpes vous respectent, pas les minus qui vous prennent de haut : aller au Menu en haut à droite

Geant vert et guepe

Comme on le constate souvent, on ne peut pas servir à la fois l'argent et la création.

Les (semi-)bourgeois se préoccupent d'artifices assez souvent franchement comiques.

Contre cela, l'acharnement tout en finesse finit par l'emporter. En prenant le temps qu'il faut. En campant sur ses positions et en brandissant le glaive de la justice contre les coups (bas).

http://vertdurevsordure.e-monsite.com/pages/preserver-votre-droit-a-jardiner-en-tant-que-locataire.html

http://vertdurevsordure.e-monsite.com/pages/faire-respecter-une-promesse-de-location-rompue-par-une-administration-1.html

 

Allez voir nos amis les ânes, si têtus et paisibles à la fois ! Si libres quand ils trotinnent vers vous. Un vrai symbole de sagesse, de patience et de sens immense de l'écoute.

Jésus n'aurait, dit-on, pas choisi par hasard d'être accompagné par un âne en débarquant à Jérusalem...

Dans une fable (La Fontaine, Le vieillard et l'âne), il était un âne, fatigué de porter double charge, et d'entendre son maître crier à ses oreilles sensibles. Ne voyant pas de différence entre deux maîtres, et préférant chanter et gambader dans l'herbe, notre Grison finit par balancer à la tête de son propriétaire les paroles suivantes, alors que ce dernier lui disait de fuir à la vue d'un autre homme décrit comme un "ennemi" :

"Sauvez-vous, et me laissez paître :
            Notre ennemi, c'est notre maître :

            Je vous le dis en bon françois." 

Et je vous l'assure également en bon citoyen de France (les choses n'ont point changé depuis)...

Jean de La Fontaine s'est-il ému du désir de liberté des animaux, de l'intelligence et de l'empathie animale, en tant que maître particulier triennal des eaux et des forêts ​?

PS : se méfier des discours dominants. Comme dans la fable du "Rat norvégien" de Naguib Mahfouz (un rat en fait très commun, au demeurant attachant, reconnaissant et apaisé au fond des yeux s'il trouve des graines d'oiseaux, mais craintif).

L'"ennemi " n'est pas ce rat norvégien envahissant soudainement - et faussement - l'Egypte mais ce(s) rongeur(s) de fonctionnaires, embobinant les gens avec un sourire de chat, venus les conseiller et les protéger avant de finir par avaler tout ce que les hôtes lui/leur auront offert !

 

Evolution de deux buttes sous la canicule de 2016


Les deux buttes ont été réalisées de la manière suivante: 

- urine versée côté droit

- fermentations de plantes côté gauche (de mémoire)

- constitution de deux lasagnes sans retourner le sol (respect des différentes couches bactériennes) on fait se chevaucher des cartons bruns sans scotch pour empêcher l'herbe de traverser

Img 20160822 095448

- déchets végétaux grossiers 

- cartons provisoires sur les côtés de chaque butte pour maintenir l'humidité. On plante des bambous en biais pour tenir les cartons. Couper le bambou sur une chaise, la scie au milieu entre un pied qui cale le bambou et une main de l'autre côté .

 déchets plus fins et friablesImg 20160822 122903

- terre de taupe (parfois fine comme de la poudre de cacao avec la canicule) portée dans des seaux accrochés à des guidons de grosse trottinette ou de VTT costaud.
- engrais verts plantés au-dessus et sur les côtés : phacélie, lentilles, moutarde (la pousse la plus luxuriante, si bien qu'un mini-pré de moutarde a accueilli une grande sauterelle verte des prés ! Les sauterelles aiment la grimpette. Et celle-ci a grimpé le long du pot, du fenouil et du pêcher. )

Img 20160901 201028

- tour à compost au milieu (méthode du keyhole garden adapté à la canicule), permettant aux vers de terre de remonter, d'aérer la terre et de diffuser le compost sur les côtés. Img 20160830 145849

- fraisiers et morceaux de poireaux bio du marché, raccourcis de chaque côté, plantés dans l'eau 24h, et qui repoussent bien. Bilan : une fraise nouvelle. Affaire à suivre en juin prochain.

- des pêchers aux angles du potager (pour pas qu'ils se gênent, un ancien et un nouveau faisant une légère ombre anticaniculaire à la butte). LEs racines du pêcher n'embêtent pas les autres plantes. En plus, on les aura plantés en hauteur avec un tuteur, entourés de matière organique.   

Img 20160910 134826

Essentiellement, ce seront deux buttes fruitières, avec un cassissier, un groseiller, un myrtiller, des fraisiers, des pêchers (accompagnés de sauges et d'ail et de ciboulette).

Quelques plantes attireront les auxiliaires également : thym, menthe, hémérocalle, succulente

 

Hôtels à auxiliaires : du matelas de feuilles et de mousse à l'hôtel thalasso !

https://www.youtube.com/watch?v=l2_O9yZ56TE&feature=youtu.be

(euh, au début, je voulais dire "mon bateau de pêches", pas "arbre à pêches" - vous pouvez améliorer le concept en mode paquebot à deux ou quatres tours/cheminées de fraisiers)

Img 20150210 130004

Un lit de feuilles attirera les bourdons ainsi que tous les animaux fertilisants le sol en dessous. Et cela plaira à nos chers champignons du sol qui fortifient les arbustes et les arbres contre certaines maladies dues à des champignons aériens, ainsi qu'à nos chères bactéries, sources premières d'azote. Une cuillère à café de sol contient tout de même 1 milliard de bactéries !

 

On peut commencer par percer un ou des bambous (ces sacs de couchage rigides suffisent amplement) dans le sens de la longueur sur un côté, et par les accrocher sur des mini bordures à 30 cm du sol. Plus haut, il y viendra de belles guêpes noires à taille fine. Les mêmes qui aiment les hauteurs du fenouil.

 

On peut juste faire des trous dans un demi-rondin mis debout. Des abeilles ou des guêpes y feront leur nid. Aucun risque à deux mètres autour des guêpes. On peut poser sans souci des bouts de lavande au sommet. En revanche, ne pas faire de gestes brusques à côté, comme arracher d'un coup une grosse plante! Une gardienne veille et vous serez bon pour une application de plantain ou d'huile essentielle de lavande aspic...

 

Pour des hôtels à plusieurs étages, rien de tel que des palettes. Les petites palettes – qui deviennent grises avec le temps - ne sont plus traitées. Et les grosses palettes EUROPAL sont traitées de façon thermique (indication HT : Heat treatment). Elles ne deviennent plus colorées avec le temps. Les palettes de couleur, en revanche, sont en peinture hydrofuge, et l'on ne nous dit rien d'autre, alors que la peinture résiste longtemps à l'eau de pluie, donc ce n'est pas très clair, donc je n'aimerais pas qu'une guêpe y mordille et digère de quoi faire son nid.

Img 20160722 142050

N'oubliez pas un abreuvoir pour vos insectes, muni d'un bâton ou d'une planche pour pas que les pollinisateurs ne s'y noient.

 

Idem pour les bassins profonds : mettre une échelle avec ce que vous voulez pour pas que les hérissons ne s'y noient (ainsi que les gentils rongeurs craintifs mangeurs de limace que sont les rats ! Certes ils font des trous près des racines ; peuvent manger des fils à l'intérieur des maisons, aussi pour éviter qu'ils s'installent, leur faire peur, leur envoyer des ultra-sons, ou mettre des dalles assez serrées au fond de votre composteur, mais pas trop pour laisser passer les vers de terre).

Si les abeilles manquent, vous pouvez aussi peindre et polliniser la nature un pinceau à la main.

De fleur de courgette en fleur de courgette, etc.

Sans fruits faute de féés gardiennes de la création transformant les fleurs avec leurs baguettes poilues magiques, il vous restera quelques fleurs comestibles, fleurs condiments, fleurs fruits ou fleurs légumes : fleurs de courgette, de ciboulette, de capucine, de souci, de bourrache (à consommer avec pas mal de modération), de rose, de reine-des-prés, de viola, de primevère, de pulmonaire en meringue, de sauge ananas à goût sucré. En laisser aux futures abeilles, après tout elles ont droit aussi à un petit dessert bourgeois parfum ananas ces grandes travailleuses.

Source : Plantes et santé, juillet-août 2016, p.26, mentionnant « Je cuisine les fleurs » de Geers et Degorce, éditions Terre Vivante.

×