Hôtels à auxiliaires : du matelas de feuilles et de mousse à l'hôtel thalasso !

https://www.youtube.com/watch?v=l2_O9yZ56TE&feature=youtu.be

(euh, au début, je voulais dire "mon bateau de pêches", pas "arbre à pêches" - vous pouvez améliorer le concept en mode paquebot à deux ou quatres tours/cheminées de fraisiers)

Img 20150210 130004

Un lit de feuilles attirera les bourdons ainsi que tous les animaux fertilisants le sol en dessous. Et cela plaira à nos chers champignons du sol qui fortifient les arbustes et les arbres contre certaines maladies dues à des champignons aériens, ainsi qu'à nos chères bactéries, sources premières d'azote. Une cuillère à café de sol contient tout de même 1 milliard de bactéries !

 

On peut commencer par percer un ou des bambous (ces sacs de couchage rigides suffisent amplement) dans le sens de la longueur sur un côté, et par les accrocher sur des mini bordures à 30 cm du sol. Plus haut, il y viendra de belles guêpes noires à taille fine. Les mêmes qui aiment les hauteurs du fenouil.

 

On peut juste faire des trous dans un demi-rondin mis debout. Des abeilles ou des guêpes y feront leur nid. Aucun risque à deux mètres autour des guêpes. On peut poser sans souci des bouts de lavande au sommet. En revanche, ne pas faire de gestes brusques à côté, comme arracher d'un coup une grosse plante! Une gardienne veille et vous serez bon pour une application de plantain ou d'huile essentielle de lavande aspic...

 

Pour des hôtels à plusieurs étages, rien de tel que des palettes. Les petites palettes – qui deviennent grises avec le temps - ne sont plus traitées. Et les grosses palettes EUROPAL sont traitées de façon thermique (indication HT : Heat treatment). Elles ne deviennent plus colorées avec le temps. Les palettes de couleur, en revanche, sont en peinture hydrofuge, et l'on ne nous dit rien d'autre, alors que la peinture résiste longtemps à l'eau de pluie, donc ce n'est pas très clair, donc je n'aimerais pas qu'une guêpe y mordille et digère de quoi faire son nid.

Img 20160722 142050

N'oubliez pas un abreuvoir pour vos insectes, muni d'un bâton ou d'une planche pour pas que les pollinisateurs ne s'y noient.

 

Idem pour les bassins profonds : mettre une échelle avec ce que vous voulez pour pas que les hérissons ne s'y noient (ainsi que les gentils rongeurs craintifs mangeurs de limace que sont les rats ! Certes ils font des trous près des racines ; peuvent manger des fils à l'intérieur des maisons, aussi pour éviter qu'ils s'installent, leur faire peur, leur envoyer des ultra-sons, ou mettre des dalles assez serrées au fond de votre composteur, mais pas trop pour laisser passer les vers de terre).

Si les abeilles manquent, vous pouvez aussi peindre et polliniser la nature un pinceau à la main.

De fleur de courgette en fleur de courgette, etc.

Sans fruits faute de féés gardiennes de la création transformant les fleurs avec leurs baguettes poilues magiques, il vous restera quelques fleurs comestibles, fleurs condiments, fleurs fruits ou fleurs légumes : fleurs de courgette, de ciboulette, de capucine, de souci, de bourrache (à consommer avec pas mal de modération), de rose, de reine-des-prés, de viola, de primevère, de pulmonaire en meringue, de sauge ananas à goût sucré. En laisser aux futures abeilles, après tout elles ont droit aussi à un petit dessert bourgeois parfum ananas ces grandes travailleuses.

Source : Plantes et santé, juillet-août 2016, p.26, mentionnant « Je cuisine les fleurs » de Geers et Degorce, éditions Terre Vivante.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×