Les guêpes vous respectent, pas les minus qui vous prennent de haut : aller au Menu en haut à droite

Geant vert et guepe

Comme on le constate souvent, on ne peut pas servir à la fois l'argent et la création.

Les (semi-)bourgeois se préoccupent d'artifices assez souvent franchement comiques.

Contre cela, l'acharnement tout en finesse finit par l'emporter. En prenant le temps qu'il faut. En campant sur ses positions et en brandissant le glaive de la justice contre les coups (bas).

http://vertdurevsordure.e-monsite.com/pages/preserver-votre-droit-a-jardiner-en-tant-que-locataire.html

http://vertdurevsordure.e-monsite.com/pages/faire-respecter-une-promesse-de-location-rompue-par-une-administration-1.html

 

Allez voir nos amis les ânes, si têtus et paisibles à la fois ! Si libres quand ils trotinnent vers vous. Un vrai symbole de sagesse, de patience et de sens immense de l'écoute.

Jésus n'aurait, dit-on, pas choisi par hasard d'être accompagné par un âne en débarquant à Jérusalem...

Dans une fable (La Fontaine, Le vieillard et l'âne), il était un âne, fatigué de porter double charge, et d'entendre son maître crier à ses oreilles sensibles. Ne voyant pas de différence entre deux maîtres, et préférant chanter et gambader dans l'herbe, notre Grison finit par balancer à la tête de son propriétaire les paroles suivantes, alors que ce dernier lui disait de fuir à la vue d'un autre homme décrit comme un "ennemi" :

"Sauvez-vous, et me laissez paître :
            Notre ennemi, c'est notre maître :

            Je vous le dis en bon françois." 

Et je vous l'assure également en bon citoyen de France (les choses n'ont point changé depuis)...

Jean de La Fontaine s'est-il ému du désir de liberté des animaux, de l'intelligence et de l'empathie animale, en tant que maître particulier triennal des eaux et des forêts ​?

PS : se méfier des discours dominants. Comme dans la fable du "Rat norvégien" de Naguib Mahfouz (un rat en fait très commun, au demeurant attachant, reconnaissant et apaisé au fond des yeux s'il trouve des graines d'oiseaux, mais craintif).

L'"ennemi " n'est pas ce rat norvégien envahissant soudainement - et faussement - l'Egypte mais ce(s) rongeur(s) de fonctionnaires, embobinant les gens avec un sourire de chat, venus les conseiller et les protéger avant de finir par avaler tout ce que les hôtes lui/leur auront offert !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×