1 carré, 2 buttes + un reste de "keyhole garden" anti-canicule etc.

Tout va pour le mieux.
Il fait 21°C à l'ombre le 29 septembre à 17h au Sud de Paris.
Et pas de taxe canicule en vue comme en 1976...
Les fleurs, les aromates, les fruits se portent à merveille.

Malgré la chaleur étouffante et le déménagement début août, tout a tenu (à part quelques tiges supérieures de saules).
Les plantes - pour la plupart gardées dans des pots en plastique avec parfois du carton sur les bords intérieur (chose plutôt nécessaire pour les pots en terre cuite) - avaient droit à une douche le soir (et pas de tâches blanches de calcaire à dénombrer).

Un petit bassin a servi à accueillir trois grandes libellules mangeuses de moustiques, et très vite "Helophilus pendulus" la mouche jaune "aimant les marais"
Comme au verger Essentiel, il a été pensé de planter en hauteur. En effet, avec l'inondation, la terre a été enrichie mais aussi peut-être polluée par les remontées de cuves de fuel enterrées (même quasi vidées)
Les deux buttes ont été réalisées de la manière suivante:

- urine versée côté droit
- constitution de lasagne sans retourner le sol (respect des différentes couches bactériennes) on fait se chevaucher des cartons bruns sans scotch pour empêcher l'herbe de traverser
- déchets végétaux grossiers
- déchets plus fins et friables
- terre de taupe (parfois fine comme de la poudre de cacao avec la canicule) portée dans des seaux accrochés à des guidons de grosse trottinette ou de VTT costaud.
- cartons provisoires sur les côtés de chaque butte pour maintenir l'humidité
- engrais verts plantés au-dessus et sur les côtés : phacélie, lentilles, moutarde (la pousse la plus luxuriante, si bien qu'un mini-pré de moutarde a accueilli une grande sauterelle verte des prés !)
- tour à compost au milieu (méthode du keyhole garden adapté à la canicule), permettant aux vers de terre de remonter, d'aérer la terre et de diffuser le compost sur les côtés.
- fraisiers et morceaux de poireaux bio du marché, raccourcis de chaque côté, plantés dans l'eau 24h, et qui repoussent bien. Bilan : une fraise nouvelle. Affaire à suivre en juin prochain.
- pêchers dans les angles du potager (pour pas qu'ils se gênent, deux faisant de l'ombre, l'un déjà présent auparavant)

Retour
×