Associer les plantes aux arbres (1)

Les arbustes conseillés par Evelyne Leterme : - l'arbousier (qui nourrit les auxiliaires en automne) - le noisetier, obli-ga-toire, car il nourrit les syrphes l'hiver par chez nous (à tailler en buisson, garder les branches comme tuteurs ou charpente à véranda entourées de tuyaux en plastique, à broyer puis à répandre comme broyat) - tous autres arbustes fruitiers. Chaque arbuste accueillera différents auxiliaires, et notamment des coccinelles. J'en ai vu beaucoup sur de l'églantier. Une coccinelle est spécialisée contre le mildiou, une autre contre la cloque du pêcher une autre contre l'oïdium. C'est scotchant. Aussi "les punaises [qui mangent les pucerons note personnelle !] et les coléoptères [et les coccinelles] sont particulièrement favorisés par la nourriture précoce apportée par le pollen de floraison des noisetiers puis des autres essences plus tardives. La nourriture précoce est extrêmement importante pour la reproduction (entre autres, acquisition de la maturité ovarienne pour les punaises prédatrices) (Simon et al, 2009)". Les punaises sont polyphages : elles mangent pucerons, psylles, cochenille, oeufs de papillon. La clef est dans la biodiversité. Parfois, même quand il y a trop de choses la nature équilibre les choses. Exemple : une invasion de papillons blancs à tâches noires est vite régulée en deux semaines par un virus ou autre chose. La clef est de planter les arbustes assez près des arbres. Et d'en faire des haies comme préconisé notamment ici (Verger-maraîchage : les voies d'avenir - Evelyne Leterme) https://www.youtube.com/watch?v=a7Id6NMEm5c aux minutes 3' et 13'30 par cette directrice du conservatoire végétal de Bordeaux. J'avais découvert cette étonnante gardienne des merveilles de la nature dans une présentation en 5 lignes de son livre dans l'Ecologiste Scotchant. La nature est souvent majestueuse. Selon elle, les noisetiers devraient être obligatoires au verger ! Mme Leterme n'a pas eu besoin de placer des pièges à phéromones bio (alors que dans tel verger il y a eu trois générations de papillons je crois). Contre le carpocapse, il existe selon elle deux auxiliaires qui font l'objet d'un élevage : le Steinernema feltiae et S. carpocapsae (http://boutique.crisop.fr/steinernema-feltiae. http://www.koppert.fr/ravageurs/chenilles-papillonslepidopteres/produits-contre-les-chenilles/detail/capsanem-4/ On mélange à de l'eau et on pulvérise. Il existe aussi un virus, le virus de la granulose du carpocapse. La pomme du Kazakhstan Malus sieversii, qui résiste à la tavelure, est cultivée avec aux pieds des tulipes botaniques. Comme ici : http://www.cren-aquitaine.fr/patrimoine/fiches/VILLEBRAMAR.pdf. Je n'ai pas encore trouvé la raison de cette association : lutte contre la sécheresse ? Attirer des oiseaux ? En tout cas, au Kazakhstan, la sécheresse peut durer d'avril à septembre comme en 2012 avec 50°C l'été. L'hiver - 50°C. Peut-être que les forêts de pommiers protègent les tulipes du gel ? Mme Leterme estime qu'il serait intéressant de faire des croisements de pommier avec la sieversii qui résiste à la tavelure, mais loin des zones de pollinisation des espèces d'origine de part et d'autre, à préserver."

Retour
×